Acid Arab

La musique électronique accueille la culture arabe en son sein: c’est le projet que porte Acid Arab depuis l’été 2012, lorsque l’idée de marier ces deux styles de façon équitable et respectueuse a frappé le groupe français. Aujourd’hui c’est une entité musicale qui se révèle sur un premier album qui paraît chez Crammed Discs (label défricheur depuis 1981, une référence majeure en matière d’hybridations en tous genres). Ici, pas de techno boum-boum avec des samples de darboukas. Pas de dance référencée avec des clins d’œil aux clichés orientalisant. La musique d’Acid Arab est sincère et profonde. Elle prend sa source dans une culture, plus que dans une musique. Ce n’est pas un patchwork, pas un collage, pas même une fusion: c’est une rencontre. Entre des instruments, des rythmes, un solfège, une façon de jouer, ancestraux. Et un savoir-faire parfaitement actuel. Fondé par les DJs Guido Minisky et Hervé Carvalho, qui ont enflammé les scènes des plus grands clubs et festivals à travers le monde, Acid Arab est devenu un véritable groupe avec l’arrivée de Pierrot Casanova, Nicolas Borne et (dans la version scénique du projet) le claviériste algérien Kenzi Bourras. Le groupe alterne désormais DJ sets et concerts live.