Je parle à un homme qui ne tient pas en place

This event has ended

Un homme à terre écrit à un homme en mer. 2014, Thomas Coville tente de battre le record du tour du monde à la voile en solitaire. Son ami le comédien Jacques Gamblin lui écrit chaque jour. Issue de leur correspondance privée, cette création est un voyage physique, géographique et mental d’une poésie et d’une sensibilité à fleur de peau. « Toi, recouvert de silence. Je te salue de loin et de près… »

Seul en scène, Jacques Gamblin égrène ses pensées à voix haute, hésite à utiliser tel mot ou celui-là, s’interroge sur la pertinence de cette correspondance. Pour seul décor derrière lui, une immense carte du monde sur laquelle l’itinéraire fragile tracé dans l’océan par le navigateur se révèle jour après jour.

« 4 février 2014. Salut cher Thomas. Je regarde un documentaire sur la tauromachie et je pense à toi. Toi, le taureau qui affronte le vent, qui joue avec ou qui l’esquive. Toi, recouvert de silence, aux pensées qui défilent et qui meurent sur ton sillage comme des éphémères. Toi, grand homme par ce que tu engages et petit dans la nuit noire. Toi qui ne pourras raconter que la surface des choses. Toi un jour de retour. De tout et de rien. Je te salue de loin et de près… »