MNNQNS

« L’idée c’était clairement d’écrire la meilleure chanson du monde pour la saloper sans respect ». Quand on demande aux jeunes membres de MNNQNS (pour Mannequins) pourquoi ils ont fondé un groupe de rock, la réponse compte double. Non seulement ils ne sont pas loin d’avoir réussi, mais leur rock à la fois new-yorkais dans la hargne et anglais dans les refrains pop, ressemble à une gigantesque partie de scrabble où les mots TELEVISION et BLUR se croiseraient sur un même plateau. Sans voyelles, forcément.

Alchimistes fous, les Psychotic Monks mélangent au sein de leurs morceaux melodies, murs de sons atonaux et bruits obscurs. Mais ce qui marque réellement les esprits, c’est l’emotion et l’énergie dégagée par chaque personnage, plongés au plus profond d’eux meme. Une sorte de catharsis. Inspirés, entre autres, par la clique des Bad Seeds, par Sonic Youth et Joy Division, ou peut-être plutôt par les films de Cronenberg, Lynch et Wim Wenders, ils instaurent un chaos qui confine jusqu’a la transe. Il y a ces moments de noir absolu, et il y a ceux qui éclairent un chemin ou l’on ne voit pas plus loin que deux pas en avant.